La semaine dernière nous nous sommes rendus à la Criée découvrir l’exposition « Le salon des refusés » les personnages de Rasmus Myrup sont tirés du folklore danois, des traditions  de la Scandinavie et de la mythologie nordique. Il puise son inspiration dans les nombreux personnages qui y apparaissent, réinterprétant leurs histoires avec une imagination débordante. Parmi ces personnages se trouvent quelques-unes des principales figures de la sphère magique, la « petite Barbie » originale des légendes scandinaves, et d’autres moins connus, mais non moins importants. L’artiste conjugue passé et présent, les ancrant dans notre société postmoderne et ses questionnements : ils interrogent notamment la normativité, l’ordre établi et la morale, et affichent leur singularité, leur sensualité et leur liberté d’être.
Pour créer ses sculptures, Myrup rassemble des objets naturels aussi bien que manufacturés, issus des chutes de la société de consommation, qu’il assemble ensuite avec une virtuosité extravagante. Merveilleux conteur, Myrup donne vie et profondeur à des personnages mi- humains, mi- plantes !
Ce « salon des refusés », dessine les contours d’une autre société possible, faite de bric et de broc, de branches et de strass,  de singularités et de résistances. Une société qui grandit et prospère, malgré tout, sur les ruines des forêts et des banlieues en feu. À La Criée, après deux résidences de création, Myrup ajoute une douzaine de nouvelles pièces. fabriqué à partir de matériaux récoltés à Rennes et en Bretagne. Si ces nouveaux personnages sont solidement ancrés dans l’imaginaire nordique, des touches et des croisements bretons apparaissent ici et là. Face au climat politique actuel, où le patrimoine culturel et les histoires communes deviennent des motifs de division et d’exclusion, les personnages de Myrup célèbrent la diversité et le métissage.
On vous encourage à aller découvrir c’est passionnant.